Réalité virtuelle augmentée mixte les besoins de demain

Nous avons pu établir dans les épisodes précédents que des usages pertinents émanent du terrain dans l’étude, la sécurité, la communication, l’exploitation ou encore la gestion. Nous allons maintenant tenter de voir plus loin et définir les nouveaux besoins, les domaines de demain et identifier qui seront les utilisateurs de la réalité virtuelle, RA et réalité mixte.

Côté réalité virtuelle

Les besoins identifiés tournent beaucoup autour des thématiques liées à la santé et la sécurité au travail. Des sujets doivent également émerger dans le BTP grâce, notamment, à l’intelligence artificielle et à la préparation des chantiers avec la réalité virtuelle. Les nouvelles technologies apporteront beaucoup en termes de sécurité sur les chantiers.

L’autre domaine incontournable est celui de la formation. Grâce à la réalité virtuelle il est aisé de placer des collaborateurs dans des situations normalement périlleuses, sans prendre de risque, afin de les former aux bons gestes. Certaines formations existent d’ailleurs dans le domaine de la lutte contre les incendies. Les experts qui utilisent la réalité virtuelle, pensent que dans un avenir assez proche ces formations vont véritablement se développer.

En poursuivant nos perspectives pour le futur, Marc Travers, nous interpelle sur un sujet inquiétant :

projection rétinienne« Dans un futur plus lointain, on entend parler de choses « inquiétantes » comme la projection rétinienne, qui permet de projeter des images directement dans l’œil. Cela ne fait pas vraiment rêver ! Il n’en reste pas moins que la miniaturisation des équipements, sera au cœur des développements pour gagner en maniabilité, mobilité et coût. La miniaturisation de l’informatique est une des clés ».

Affaire à suivre.

Côté Réalité Augmentée et Réalité Mixte

Laurent Bartholomeus part, quant à lui, du constat que le vecteur pour construire reste encore le plan papier. Nous parlons beaucoup de vues en plan. Demain, ces technologies peuvent être amenées à embarquer toujours plus d’informations, de data, plus d’éléments qui viennent presque souscrire l’idée du plan pour construire. Cela concerne un futur assez lointain, car lié à des conduites de changements qui évoluent lentement dans le monde de la construction. Il y a des avant-gardistes, certes, mais il y a aussi des problèmes générationnels. Ces applications seront plus facilement prises en main par les générations futures. Elles seront en outre dotées d’outils plus fiables pour profiter pleinement de ces nouvelles technologies.

Les besoins sont donc réels avec une vraie valeur ajoutée notamment en termes de sécurité et de formation. Il est désormais considéré comme acquis que la Data occupera une place de plus en plus prédominante au risque de bouleverser l’acte de construire. Et vous, avez-vous des idées de nouveaux besoins pour demain ? N’hésitez pas à nous les partager en commentant cet article !

Découvrez notre quatrième et dernier épisode : Quelles innovations sont à l’étude chez les professionnels ?


Et toujours, pour ne pas manquer un épisode de cette nouvelle série, inscrivez-vous à notre newsletter !

flèche vers le bas

Recevez mensuellement les derniers contenus publiés sur le blog de l'infra